27 | 04 | 2021

Privilégier les produits locaux européens dans votre restaurant collectif

L’arrivée de la Loi EGalim et la forte demande du public Français de consommer mieux, plus vert, et bio révèlent quelques écueils quant à la production de produits locaux. En effet, pour que votre restaurant collectif respecte les règles et soit labellisé Ecocert En Cuisine, il doit pouvoir proposer dans ses menus des produits de saison, durables et pour une certaine part d’entre eux issus de l’agriculture biologique.

Malheureusement, cette règle ne se marie pas toujours avec une production locale. Un nouvel horizon se dessine alors : faire de l’Europe le circuit de proximité de la France, le terrain de jeu de la restauration collective locale.

Les limites du circuit court, et la solution du local européen

S’il est toujours intéressant de proposer une cuisine issue du circuit court, avec des produits provenant de producteurs du département, il est difficile à l’heure actuelle d’envisager une autonomie alimentaire dans les plus grandes villes de France. En effet, le nombre de repas à produire est bien trop élevé par rapport à l’offre de production locale. Comment concevoir que la Gironde à elle seule puisse nourrir la métropole Bordelaise ? Il faut donc aller s’approvisionner hors d’un rayon de 100km.

Un besoin européen mis en lumière par la crise sanitaire

Les difficultés imposées par la crise sanitaire du Covid-19 révèlent qu’un programme alimentaire uniquement basé sur l’agriculture de proximité et le circuit court est compliqué à mettre en place durablement. En effet, cette crise a mis en exergue l’appauvrissement croissant de la biodiversité et de l’offre alimentaire disponible en France, révélant ainsi la nécessité d’un système alimentaire européen collectif. De nombreux secteurs de l’alimentation ne peuvent être produits localement. Il faut donc se tourner vers d’autres pays exportateurs. Là réside tout l’intérêt de favoriser une agriculture européenne, un PAC.

Proposer du local européen dans votre restaurant collectif

De plus en plus regardants sur la provenance des produits consommés, les Français sont davantage vigilants quant à la qualité et la traçabilité des ingrédients qui composent les menus de leurs restaurants collectifs. Cantines d’écoles, de collèges et d’universités, restaurants d’entreprises, ou encore services hospitaliers se doivent de répondre à ces attentes. Ce besoin de traçabilité s’accompagne de la mise en vigueur de la loi EGalim, qui favorise l’utilisation de produits bio et de saison. Malheureusement, il est souvent compliqué d’allier circuit court, producteur local et produits biologiques.

D’après plusieurs études, on note un recul de la part des produits bio nationaux face aux produits bio européens.

Et pour cause, l’offre régionale ne progresse pas, réponse insuffisante à une demande qui grimpe en flèche. C’est donc là que prend tout son sens l’idée du programme alimentaire collectif européen, permettant à la fois de connaître l’origine du produit, de se tourner vers le bio, et de faire profiter un agriculteur européen.