18 | 11 | 2021

L’assiette devient une revendication plus citoyenne et plus engagée

De plus en plus conscients de l’impact que leurs repas ont sur la planète, les convives des restaurants collectifs comme commerciaux accordent une grande importance au contenu de leur assiette.

Manger plus local, plus sain, plus bio, et plus responsable, telles sont les préoccupation des consommateurs, qui deviennent de véritables consomm’acteurs. En effet, au-delà d’un simple repas, l’assiette devient un véritable moyen de revendication.

Une alimentation plus citoyenne, qu’est-ce que c’est ?

Bien que la notion de citoyenneté reste subjective d’un consommateur à un autre, manger de manière plus citoyenne peut concerner plusieurs aspects des repas en restaurants : produits biologiques, issus du commerce équitable, issus de producteurs locaux, repas sans déchet, lutte contre le gaspillage, et bien d’autres encore.

Ainsi, les consommateurs sont très friands d’établissements incitant au tri des déchets via des poubelles séparées et des infographies explicatives, ou proposant des solutions comme les doggy bags ou la revente sur TooGoodToGo pour limiter le gaspillage alimentaire.

Une assiette plus concernée

En lien avec l’évolution des comportements suite à la crise sanitaire, le local et la qualité sont mis à l’honneur. Les convives cherchent activement des mentions telles que “légumes de saison”, “fait maison” ou encore “produit local”.

Manger bien, manger sain

Les consommateurs des restaurants font également de plus en plus attention à leur régime alimentaire. C’est pourquoi tous types d’établissements, des restaurants gastronomiques aux fast food, se mettent à proposer des repas respectant les apports nutritionnels recommandés et à les afficher clairement sur les menus ou sur leur site internet. Une tendance corroborée par l’émergence des "fast good", des restaurants de fast food qui portent une attention particulière à la qualité des aliments.

Penser local et circuit court

Les légumes sont meilleurs lorsqu'ils sont consommés frais, tout comme le poisson, les fruits ou encore les viandes. C'est pourquoi de plus en plus de convives sont en quête de restaurants adoptant une approche de la cuisine respectueuse de l'environnement et de la culture locale.

Depuis l’année dernière, nombreux sont les établissements ayant choisi de s'approvisionner, notamment en légumes ou en viande, auprès des exploitations agricoles locales. Cette pratique réduit l'empreinte carbone, est plus respectueuse de l'environnement, et garantit une meilleure saveur et une meilleure qualité.

Vers une restauration plus engagée

Ces dernières années marquent également le boom des substituts de viande et des alternatives végétales. En effet, la production de substituts de viande d'origine végétale est une industrie en pleine expansion dans le monde entier, et sa popularité ne cesse de croître.

Les alternatives végétales attendues au tournant

Des restaurants entièrement vegans bâtissent leur menu autour des substituts de viande, comme le Wild Note Vegan Burger, un fast-food 100% vegan à Bordeaux proposant des burgers d’origine végétale.

Au-delà des considérations religieuses, éthiques et diététiques, manger des plats végétariens contribue à être plus respectueux de l'environnement, car le processus de culture des légumes dégage moins de gaz à effet de serre que la production de viande. Des initiatives comme les “lundis verts” sont mises en place dans les cantines collectives, pour le plus grand plaisir des étudiants et des élèves.

Un accent porté sur la provenance et la qualité des viandes

Mais si la vague végétale ne concerne pas tous les convives, les amateurs de viande accordent eux aussi une plus grande importance à l’origine des produits qu’ils consomment.

Depuis la mise en place de la loi EGalim, les restaurateurs sont tenus d’afficher clairement l’origine des viandes utilisées dans leurs plats, et doivent également respecter des quotas de viande d’origine française. 

Découvrez notre dernière vidéo
Témoignage Eat Salad - Jonathan Blonbou, formateur